Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n'ai jamais rencontré d'homme si ignorant qu'il n'eut quelque chose à m'apprendre (Galilée)

 

Ce blog, simple et sans prétention, a été créé par un ami du bois pour les amis du bois.

 

Il est destiné à un large public : particuliers, bricoleurs ou professionnels.

 

Bien que largement inspiré des normes, DTU et autres règles professionnelles, les documents présentés ici n'ont pas un caractère prescriptif, ni normatif. Ils constituent simplement, pour ceux qui l'utiliseront, un recueil d'informations et de conseils, permettant de contribuer à la bonne réalisation des ouvrages. 

 

Je vous souhaite une bonne visite et vous remercie de participer à la vie de ce blog par vos commentaires.

 

Pour toute question complémentaire, vous pouvez me contacter sur ma BAL : bois.sansmoderation@wanadoo.fr

 

Recherche

4 mars 2006 6 04 /03 /mars /2006 14:00

Les planchers porteurs en bois

Partie III : Mise en œuvre

 

 

1. Pose des panneaux : généralités

- Les panneaux sont posés de telle sorte que leur sens long est perpendiculaire aux supports.

- Ils sont posés à joints décalés d'une rangée à l'autre (pose dite à « coupe de pierre »).

- Un cours de lambourdes doit être disposé entre les solives ou les lambourdes, aux extrémités de travées et de trémies d'escalier, pour que les rives non assemblées des panneaux reposent sur un support.

- Les panneaux doivent reposer sur trois appuis au moins mais, du fait de la pose à joints décalés, il est admis qu'en extrémité de travée la pose se fasse sur deux appuis seulement.

- Les panneaux à bords droits sont posés de telle sorte que leurs quatre côtés soient supportés.

 

 plancher-1.jpg

 

2. Comportement hygroscopique

Les panneaux dérivés du bois conservent en partie le comportement hygroscopique du bois massif.  Les variations d'humidité des panneaux en fonction de variations hygrométriques de l'air se traduisent par des variations dimensionnelles en longueur, largeur et épaisseur. Pour tenir compte de ces variations dimensionnelles, il convient donc de prévoir des jeux qui permettront aux panneaux de s'allonger si besoin.

 

- Panneaux à bords droits

Laisser un jeu de 1,5 mm/m en périphérie de chaque panneau. Il convient donc d'en tenir compte et de prévoir les entraxes des supports en conséquence.

 

- Dalles usinées rainure-languette

Les dalles sont assemblées à joints serrés et de préférence collés.

Un jeu de 10 mm doit être reporté en périphérie de la surface, qui ne doit pas dépasser 40 m² pour du contreplaqué et 30 m² pour les autres panneaux, la plus grande longueur ne dépassant pas 7 mètres.

Il convient de morceler les grandes surfaces en autant de zones de fractionnement que nécessaire et d'en tenir compte dans la répartition des supports.

Lorsqu'il n'est pas possible de ménager des jeux en périphérie du plancher, cas des constructions bois de type plate-forme par exemple, il convient de les reporter sur la surface en autant de zones de fractionnement que nécessaire.

 

3. Fixations                           

                                          

fixation_plancher-d_tail.jpg 

Les panneaux peuvent être fixés par pointes, de préférence torsadées ou crantées, par agrafes ou par vis.

Dans le cas de fixation par pointes, le clouage doit être renforcé par des vis aux quatre angles et à mi longueur du panneau.

Les pointes doivent avoir une longueur de 3 fois l'épaisseur du panneau à fixer avec un minimum de 50 mm, les vis 2 fois l'épaisseur avec un minimum de 40 mm et les agrafes doivent avoir un diamètre de fil de 0,9 mm minimum et une longueur de 63 mm au moins.

Il n'est pas permis de fixer des panneaux d'épaisseur supérieure à 25 mm avec des agrafes.

Pour assurer un bon serrage du panneau sur son support, il convient d'effectuer des avant-trous du diamètre des vis ou d'utiliser des vis à filetage partiel, en vérifiant que la longueur de la partie lisse de la tige de vis soit au moins égale à l'épaisseur du panneau.

 

La largeur d'appui du panneau sur son support est fixée à 18 mm au minimum (XP ENV 12872  Panneaux à base de bois – Guide pour l'utilisation des panneaux structurels dans planchers, murs et toitures) mais il est conseillé 20 mm dans le DTU 51-3 et dans les règles professionnelles.

 

Les fixations sur les appuis d'extrémités sont disposées avec un entraxe de 150 mm et se situe à une distance minimum du bord du panneau de 8 mm (XP ENV 12872) mais il est conseillé 10 mm dans le DTU 51-3 et les règles professionnelles.

 

Cas particulier de la fixation sur support métallique

Utiliser des vis auto-taraudeuses de diamètre minimum 6 mm, d'une longueur suffisante pour que la partie filetée de la vis dépasse au moins de 5mm la sous-face du profilé métallique.

Les vis auto-taraudeuses ne peuvent être utilisées que sur des profils ayant une épaisseur de métal au moins égale à deux fois le pas des vis utilisées. 

Les fixations peuvent être disposées avec un entraxe de 300 mm sur les appuis d'extrémités et 600 mm en partie courante.

 

plan_de_fixations_plancher-1.jpg

 

4. Dispositions particulières

Lorsque le plancher doit également jouer un rôle de contreventement, comme dans la construction à ossature bois par exemple, il convient tout d'abord de choisir les panneaux admis pour cette fonction et à la mise en œuvre, de coller les assemblages, de manière à obtenir un platelage homogène pour que les efforts horizontaux soient correctement transmis à la structure verticale. D'une manière générale, en cas de doute sur la destination finale du plancher et du revêtement de sol qu'il recevra ensuite, il est conseillé de coller les assemblages. En outre, cette disposition évite les éventuels grincements dus au frottement des organes d'assemblages entre eux.

 

 

Plancher en lames de bois massif

Les dispositions générales des paragraphes « ambiance d’utilisation » et « comportement hygroscopique » s'appliquent également aux lames de bois massif.

Les lames en bois massif sont autorisées en fonction de contreventement.

 

 

Dispositions particulières aux lames à plancher

Les lames à plancher doivent reposer au minimum sur trois appuis.

L'épaisseur des lames à plancher est déterminée en fonction de l'entraxe des solives ou lambourdes et des charges à prendre en compte.

Elles sont mises en œuvre de telle sorte que leur longueur est perpendiculaire aux supports, posées bord à bord (pose dite jointive) et à joints décalés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Boisphile - dans Les planchers bois
commenter cet article

commentaires

Seborion 09/07/2012 11:44


Bonjour,


j'attaque bientot la pose de mon plancher en dalle de CTBH 22mm dans mes combles. J'ai une question que je me pose. Il est dit que les dalles doivent etre posées absolument perpendiculaires aux
solives. Pourquoi ne peut on pas les poser parallele dans la mesure ou les extremités reposent toute sur une solive ?


L'entraxe de mes solives et de 60 et mes dalles font 66cm de large. 


Je vous remercie d'avance


Cdlt