Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n'ai jamais rencontré d'homme si ignorant qu'il n'eut quelque chose à m'apprendre (Galilée)

 

Ce blog, simple et sans prétention, a été créé par un ami du bois pour les amis du bois.

 

Il est destiné à un large public : particuliers, bricoleurs ou professionnels.

 

Bien que largement inspiré des normes, DTU et autres règles professionnelles, les documents présentés ici n'ont pas un caractère prescriptif, ni normatif. Ils constituent simplement, pour ceux qui l'utiliseront, un recueil d'informations et de conseils, permettant de contribuer à la bonne réalisation des ouvrages. 

 

Je vous souhaite une bonne visite et vous remercie de participer à la vie de ce blog par vos commentaires.

 

Pour toute question complémentaire, vous pouvez me contacter sur ma BAL : bois.sansmoderation@wanadoo.fr

 

Recherche

4 mars 2006 6 04 /03 /mars /2006 09:50

Les isolants minces réfléchissants.

Depuis quelques années, on remarque la mise en œuvre de ces produits dont il est dit qu'ils sont aussi performants que les isolants traditionnels.
Bien que n'ayant pas de rapport direct avec le bois, ces produits "touchent" de près la charpente et sont parfois mis en œuvre par le menuisier ou le charpentier.
Le plus souvent, ces produits sont utilisés en rénovation, lorsque l'on ne dispose que de peu de place pour l'isolation.
Les uns écrivent qu'ils sont issus de la recherche spatiale, d'autres affirment qu'ils sont équivalent à 200 mm d'isolants épais traditionnels, certification à l'appui. ( BM TRADA CERTIFCATION n°0101).
Qu'en est-il exactement ?
CSTB magazine, dans son numéro de mars/avril 2001, attirait déjà l'attention du public et précisait :
<<< Les films dits " réfléchissants " font appel à un principe physique connu depuis longtemps, qui consiste à réduire les échanges thermiques par rayonnement entre deux parois en diminuant l'émissivité de l'une des deux surfaces en vis-à-vis.
Or les performances thermiques, liées aux caractéristiques de surface des films réfléchissants, peuvent se dégrader dans le temps sous l'action de la poussière, des salissures ou de l'humidité.
Des condensations peuvent apparaître si le produit est mal positionné dans la paroi, ce qui entraîne une dégradation à terme de toute la structure.
De plus, selon les configurations ou les méthodes de mise en œuvre adoptées, le procédé peut entraîner des ponts thermiques non négligeables et ainsi dégrader les caractéristiques thermiques globales de l'ouvrage.
Enfin, les risques en cas d'incendie dépendent de la composition des produits (variable d'un isolant à l'autre), de la paroi et de leur positionnement. >>>

En outre, des mesures effectuées par le CSTB, ainsi que d'autres laboratoires indépendants de Suisse, d'Allemagne, de Grande Bretagne, ainsi qu'au Canada et USA font apparaître que les isolants minces réfléchissants ne sont même pas équivalent à 100 mm de laine de verre.
La Résistance thermique (R) de ces produits, varie généralement de 0,1 à 0,4 m².K/W.
La conductivité thermique d'un produit est exprimée en λ (lambda)
La résistance thermique (R) est égale à l'épaisseur (exprimée en mètre) divisée par le λ.
Quelques exemples :
Laine de verre, λ 0.040 donc, pour 100 mm, 0.1 / 0.040 = 2.5
Laine de roche, λ 0.034 donc, pour 100 mm, 0.1 / 0.034 = 2.9
Polystyrène expansé, λ 0.039 donc, pour 100 mm, 0.1 / 0.039 = 2.5
Polystyrène extrudé, λ 0.029 donc, pour 100 mm, 0.1 / 0.029 = 3.4
Les isolants minces sont donc 5 à 25 fois moins performants que les isolants traditionnels.
Ils ne sont pas suffisant vis à vis de la réglementation thermique.
Par contre, ils sont d'excellent pare-vapeur et lorsqu'ils sont parfaitement mis en œuvre, ils augmentent l'étanchéité à l'air des parois non isolées.

Les isolants minces ont des performances thermiques réduites du fait de leur faible épaisseur, mais leur surface réfléchissante permet d’améliorer la performance thermique globale d’une paroi lorsque le produit est en contact avec une lame d’air non ventilée.
Lorsque le produit est placé entre deux lames d'air non ventilées et que ces deux lames d'air ne communiquent pas entre elles, les performances du produit sont améliorées de manière sensible.
Toutefois il convient d'insister sur la perfection de la mise en œuvre qui doit présenter des lames d'air régulières de deux centimètres d'épaisseur au moins et un produit bien tendu entre ces lames d'air.
Cette mise en œuvre quoique très difficile à obtenir, reste possible en paroi verticale, mais elle devient quasiment impossible en rampant de toiture ou la pose ne peut ce faire qu'avec une seule lame d'air.
Dans ces conditions, il est difficile de répondre à la réglementation thermique.
A titre d'exemple et dans le meilleur des cas on obtient les résultats suivant pour une paroi verticale :
R = 1.08 avec une lame d'air, 1.68 avec deux lames d'air alors que la réglementation demande 2.35 en H1 et H 2.
En rampant de toiture :
R = 0.70 avec une lame d'air, pour tomber à 0.25 lorsque la lame d'air est ventilée, alors que la réglementation demande 4.2 en H1 et H 2.

Mise ne garde : Il ne faut en aucun cas, poser un isolant mine du côté extérieur d'un autre isolant si ce dernier est perméable à la vapeur d'eau.
Par exemple, en rénovation de toiture par le dessus, il ne faut pas poser un isolant mince sur ou entre les chevrons, par dessus une laine de verre en croyant offrir un complément d'isolation à une toiture ancienne.
Le caractère pare-vapeur de l'isolant mince "bloquera" la vapeur d'eau qui se condensera en sous-face et occasionnera la dégradation de tout le complexe isolant et de la charpente elle-même.

En conclusion : Les performances de ces produits sont directement liées à la qualité de la mise en œuvre qui se doit d'être parfaite.
Dans ces conditions, ils sont plus particulièrement destinés à offrir un bon complément d'isolation grâce à leur pouvoir calfeutrant, leur faible émissivité et leur qualité de pare-vapeur.

Vous pouvez consulter :
- Cahier n°3330 du CSTB Avril 2001,
- CSTB Magazine n°134 de mars-avril 2001.
- Note d'information n°1 version 3 du 24-06-2004 du GS 20 formulée par CSTB

Ces documents sont disponibles au CSTB sur demande. ( www. cstb.fr )


Copie note du CSTB :
Premiers Avis Techniques pour produits minces réfléchissants : le GS 20 fait le point
Les trois premiers Avis Techniques sur des procédés à base de Produits minces réfléchissants ont été formulés par le groupe spécialisé « produits et procédés spéciaux d’isolation » (GS 20) de la Commission chargée de formuler les Avis Techniques suivant :
N° 20/04 - 47 Air Thermofoil DBA pour application en murs ;
N° 20/04 - 48 Air Thermofoil DBA pour application en combles et
N° 20/04 – 55 Air Foil résidentiel.
Ces procédés constituent des compléments d'isolation thermique conformément à la définition donnée dans la note d'information N°1 du GS 20.
Cette note destinée à l’attention des prescripteurs, entreprises, artisans et particuliers, précise que, selon les experts du GS 20, les produits minces réfléchissants présentent des caractéristiques thermiques et de mise en oeuvre particulières qu’il convient de bien connaître pour éviter de sérieuses déconvenues.

Ces avis techniques ont été délivrés à :
POLYTECH RADIANT INC
3050 Boulevard Ste Anne Beauport
5133 QUEBEC CANADA GIE 6N1
CANADA

POLYTECH RADIANT France
162, rue de Rivoli
75001 PARIS

Il est précisé en description de produit :
Complément d'isolation thermique obtenu par un produit mince (épaisseur 8 mm) comportant 2 faces peu émissives de part et d'autre. Ce produit est posé tendu côté intérieur, le plus souvent par agrafage sur ossature bois. Une étanchéité à l'air en partie courante et périphérique permet de ménager une ou deux lames d'air qui participent à la résistance thermique de la paroi. Les parois visées sont l'isolation par l'intérieur des murs ou le pieds droits de combles aménagés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Boisphile - dans Produits isolants
commenter cet article

commentaires

Maya 04/08/2017 11:41

J'ai isolé mes combles chez http://www.vos-combles.fr/ il y a un bout de temps déjà! Je peux vous garantir que les matériaux qu'ils utilisent sont géniaux car depuis qu'ils se sont occupés des travaux d'isolation je n'ai plus jamais eu de problèmes thermiques avec mes combles :D

hajeri 13/10/2012 22:16


Bonjour Monsieur,


Je suis un particulier et je souhaite vous poser une question car vous avez l'air d'être un expert.  Nous avons acheté un appartement et nous sommes rendus compte que le parquet grinçait
beaucoup et en parlant avec le voisin du dessous et en faisant le test chez lui, nous avons vu que l'insonorisation était très mauvaise (immeuble haussmannien).


Le parquet est en chêne massif cloué sur lambourde.  Epaisseur 24 mm.  Les lambourdes sont fixés avec du plâtre et il y a 16 cm entre le haut du bois et le sol, donc une caisse de
résonnance importante entre chaque lambourde.


Nous ne souhaitons pas que le voisin vienne nous voir tout le temps d'autant plus que nous avons trois enfants en bas âge.


Nous souhaitons garder le bois massif ancien qui est très bien calpiné et en bon état.


Nous envisageons donc une dépose, numérotation puis une repose.


Un fournisseur de parquet contacté nous a conseillé de mettre du vermaspha entre les lambourdes puis de reclouer les lattes en bois massif. 


Un deuxième fournisseur nous a dit qu'il faut surtout enlever les lambourdes qui sont responsables du bruit causé en partie.  Qu'il faut mettre une couche épaisse de vermaspha puis ensuite
un contrecollé et ensuite collé le parquet massif.


Le premier fournisseur nous déconseille de coller du massif de 24 mm.


Nous ne savons plus quoi faire devant ses informations contradictoires.


Nous souhaitons que le parquet ne grince plus et avoir une isolation phonique tout en gardant notre beau parquet massif de 24 mm.  Que faut-il faire ?


Merci pour les conseils que vous pourriez nous donner.  Nous sommes perdus !


Bien cordialement,

Pierre 16/11/2010 14:36



Bonjour,

Il semble que le R ne soit pas un bon facteur pour les isolants minces réfléchissants.  Je vous invite à lire cet article :
http://www.isolation-des-murs.com/r-isolant-mince-explication-du-facteur-r-pour-les-isolants-minces/



LAMBERTINI 04/01/2008 12:24

extrait de] COMMUNIQUE DE PRESSE ISOLANTS MINCES REFLECTEURS : LE CSTB CONDAMNE PAR LE TRIBUNAL DE COMMERCE DE PARIS Paris, le 22 mai 2007 - Le CSTB diffusait fin avril 2007 deux communiqués de presse présentant les résultats de tests in situ1 réalisés sur des isolants minces multicouches réflecteurs dans le cadre du PREBAT2, un projet financé par l’ADEME. Ces communiqués mettaient ouvertement en cause la performance thermique de ces isolants, alors même que le rapport de tests relatif à cette etude n’était pas achevé et la description du protocole de tests non disponible. La justice a condamné le CSTB pour insuffisance et incohérence, dénonçant « à l’examen de la communication incriminée (…) des éléments de nature à semer la confusion dans l’esprit du public (…), des conclusions hâtives et affirmatives exprimées sans la prudence nécessaire ». « Dans l’attente de la publication des résultats définitifs des études menées sur le sujet tant par le CSTB que par l’ORGANISATION EUROPEENNE POUR L’AGREMENT TECHNIQUE « EOTA », Le Tribunal de Commerce de Paris a interdit au CSTB «de poursuivre ses communiqués». Le CSTB a donc été sanctionné et contraint - sous peine d’astreinte - de retirer de son site Internet tous communiqués relatifs à cette étude. A l’opposé des communiqués du CSTB, les résultats de plusieurs campagnes de tests in situ réalisées à ce jour dans différents pays européens (en France, en Angleterre avec BM TRADA, en Allemagne avec le FRAUNHOFER INSTITUT FÜR BAUTECHNIK) ont démontré de manière concordante que : - mesurée en conditions réelles, la performance thermique d’un isolant mince multicouche réflecteur est équivalente aux isolants traditionnels les plus épais, - mesurée en conditions réelles, la performance thermique d’un isolant mince multicouche réflecteur est de 3 à 5 fois plus importante que celle mesurée suivant les méthodes de tests conventionnelles en laboratoire à la boîte ou à la plaque chaude gardée . Bien que convié expressément à prendre part au débat, tout comme l’ensemble des laboratories membres de l’EOTA, le CSTB n’a pas daigné assister à ce colloque. A propos du SFIRMM Le SFIRMM (Syndicat des Fabricants d’Isolants Réflecteurs Minces Multicouches) est l’association de 4 fabricants d’isolants réflecteurs minces multicouches INFO www.isoland-concept.com