Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n'ai jamais rencontré d'homme si ignorant qu'il n'eut quelque chose à m'apprendre (Galilée)

 

Ce blog, simple et sans prétention, a été créé par un ami du bois pour les amis du bois.

 

Il est destiné à un large public : particuliers, bricoleurs ou professionnels.

 

Bien que largement inspiré des normes, DTU et autres règles professionnelles, les documents présentés ici n'ont pas un caractère prescriptif, ni normatif. Ils constituent simplement, pour ceux qui l'utiliseront, un recueil d'informations et de conseils, permettant de contribuer à la bonne réalisation des ouvrages. 

 

Je vous souhaite une bonne visite et vous remercie de participer à la vie de ce blog par vos commentaires.

 

Pour toute question complémentaire, vous pouvez me contacter sur ma BAL : bois.sansmoderation@wanadoo.fr

 

Recherche

4 mars 2006 6 04 /03 /mars /2006 09:10

Le parquet 

Partie I  - Présentation générale

 

Remerciements à La Parqueterie Berrichonne qui m'a confié ces photos.

 

Un parquet est un revêtement de sol en bois ou à base de bois, dont la couche supérieure d'usure présente une épaisseur au moins égale à 2,5 mm pour du bois brut à poncer après pose et 2 mm pour les parquets finis, poncés vernis ou huilé en usine (norme NF EN 13756 - Planchers en bois - Terminologie. Avril 2003).

 

Il peut être en bois massif ou contrecollé. Dans ce cas, le parement d'essence noble est collé sur un support en bois, contreplaqué, OSB, MDF, HDF, ou panneau de particules.

 



1 - Les différentes présentations de parquet

Les paquets se présentent sous diverses formes :

grand-large-pro-clic-140-chene-structure-blanchi.jpgLes lames en bois massif ou contrecollé, bruts ou revêtus d'une finition, généralement usinées rainure et languette, existent en différents formats et épaisseurs, selon les essences, les fabricants, le type de pose et la mode.

Les lames de parquet peuvent être posées clouées sur lambourdes, selon les essences collées en plein ou sur cordon et en pose flottante avec assemblages collés ou cliqués.

mosaique.jpgLes dalles mosaïque sont généralement composées de petits éléments assemblés. Le plus souvent de forme carrée, elles se présentent avec des rives droites pour une pose collée ou usinées rainure et languette pour pose collée ou flottante.


2 - Résistance à l'usure des parquets

Les résistances à l'abrasion, au poinçonnement des parquets sont, bien sûr, fonction des essences utilisées et du type de finition de surface. De manière naturelle, le bois est résistant aux produits chimiques et ménagés : solvants, acides, huiles. Le revêtement de surface améliore encore cette résistance.

 

Le choix d'un parquet est lié aux critères d'utilisation, classés dans la norme EN 685-1995.

· Usage domestique

- Pour une utilisation Modérée (Classe 21)

- Pour une utilisation Générale (Classe 22)

- Pour une utilisation Élevée (Classe 23)

· Usage Commercial

- Pour une utilisation Modérée (Classe

- Pour une utilisation Générale (Classe 32

- Pour une utilisation Élevée (Classe 33)

- Pour une utilisation Très Élevée (Classe 34)

· Usage industriel léger

- Pour une utilisation Modérée (Classe 41)

- Pour une utilisation Générale (Classe 42)

- Pour une utilisation Élevée (Classe 43)

 

Le tableau ci-dessous exprime, pour un usage domestique, la nature du bois et l'épaisseur composant la couche d'usure ainsi que quelques exemples.

Usage

Classe

 

Nature du bois de la couche d'usure et classe de dureté

Epaisseur de la couche d'usure en mm

Exemple

Modéré

 21

 

Tendres classe A

Épicéa, pin sylvestre, sapin, aulne

Mi-durs classe B

Bouleau, bossé, teck, châtaignier, mélèze, merisier, noyer, pin maritime, sipo.

> 2.5

 

≥ 3.2

 

Zones de passage faible ou intermittent.

Chambres et couloirs d'habitation sans accès sur l’extérieur,

Général

 22

Tendres classe A

Épicéa, pin sylvestre, sapin, aulne

Mi-durs classe B

Bouleau, bossé, teck, châtaignier, mélèze, merisier, noyer, pin maritime, sipo.

≥ 3.2

≥ 4,5

≥ 7 

Zones de passage moyen.

Séjours sans accès sur l'extérieur et hall d'entrée d'appartement..

Elevé

 23

Durs classe C

Afromorsia, chêne, doussié, érable, eucalyptus, frêne, guatambu, hêtre, iroko, makoré, movingui moabi, orme, charme, robinier (acacia)

Mi-durs classe B

Bouleau, bossé, teck, châtaignier, mélèze, merisier, noyer, pin maritime, sipo.

 

≥ 2.5

≥ 4.5

Zones de passage intense.

Pièces avec accès sur l’extérieur ou avec usage professionnel



3 – Les qualités acoustiques du parquet

Le parquet participe à la correction acoustique des pièces et, associé à une sous-couche appropriée, il concourt à l'isolation des bruits d'impact entre étages d'un immeuble.

Les performances acoustiques requises pour un parquet, sont exprimées en valeur de DLw. Cette valeur exprime la réduction de transmission du bruit de choc, apporté par le revêtement de sol. Plus la valeur de DLw est grande, meilleure est l'isolation aux bruits d'impact.

 

 

4 – Parquet en bois et isolation thermique

Le bois est un bon isolant thermique, il est de contact agréable et il participe à l'équilibre thermo-hydrique dont nous avons besoin pour notre confort quotidien.

Il convient de tenir compte de cet élément dans certains cas et en particulier en présence de sol chauffant.

 

 

5 – Connaissances de base

Quel que soit le type de parquet choisi et son mode de pose, il convient de respecter certaines règles afin de réunir les meilleures conditions pour réussir sa mise en œuvre.

Le bois est un matériau naturel et vivant, ses caractéristiques se modifient sous l'action des variations de température et d'hygrométrie, selon les saisons et le milieu dans lequel il est placé.

Les conseils qui sont donnés ci-dessous pour la pose d'un parquet dans un local d'habitation, bien qu'inspirés des normes et DTU, ne sont ni prescriptifs ni normatifs. Ils sont le fruit d'une l'expérience, mise au service de ceux qui l'utiliseront afin de contribuer à la bonne réalisation de leurs projets.

Les parquets sont destinés à être utilisé en milieu sec, classe de service 1, il n'est donc pas inutile d'en rappeler ici la définition :

classe de service 1 (milieu sec) selon norme NF EN 13986: Classe de service caractérisée par une teneur en humidité dans les matériaux qui correspond à une température de 20 °C et une humidité relative de l’air ambiant ne dépassant 65 % que quelques semaines par an.

 

5.1 – Stockage

Les parquets doivent être placés dans des locaux propres, parfaitement secs et non sujet à des risques de condensation de vapeur d'eau. Ils doivent être stockés à plats pour éviter tout risque de déformation, isolés du sol pour éviter tout risque de remontées d'humidité.

 

5.2 – Les supports

Peuvent recevoir un parquet les solives ou lambourdes en bois, dérivés du bois ou métal, les planchers en bois ou en panneaux dérivés du bois (mis en œuvre selon DTU 51-3) et les chapes ou dalles béton.

Les tolérances d'exécution des supports doivent être conformes aux DTU auxquels ils se

rapportent.

 

5.3 – Conditions de mise en œuvre

La pose de parquet ne peut s'entreprendre que si les conditions suivantes sont satisfaites.

- L'humidité des supports en maçonnerie (dalles béton) ne doit pas excéder 2,5% (il faut compter un minimum de deux semaines de séchage par centimètre d'épaisseur).

- Le gros œuvre, les plâtres, raccords et enduits doivent être achevés et leur humidité ne doit pas dépasser 5%.

- Lorsqu'ils sont en bois, l'humidité des différents éléments constitutifs du plancher ne doit pas dépasser 18%, toutefois il est recommandé que pour le support direct du parquet, l'humidité ne dépasse pas 16%.

- Les locaux doivent être clos, couverts, vitrages posés.

- L'étanchéité des installations de plomberie et de chauffage doit être vérifiée.

- Il ne doit subsister aucun risque de ré humidification ultérieure des locaux.

 

Il existe plusieurs méthodes pour vérifier l'humidité d'un support en maçonnerie :

- Déposer un tapis de caoutchouc sur le sol, un support trop humide occasionnera une condensation sous le tapis dans les 48 heures.

- Déposer du sel recouvert d'une coupelle à différents endroits sur le support, si le sel se dissout, le support est trop humide.

- Une solution plus scientifique, irréfutable et rapide, consiste à demander à votre pharmacien de vous préparer dans une petite fiole (20 à 30 ml suffisent) à compte-gouttes, une solution de phénolphtaléine à 2% dans de l'alcool à 90° (le coût est négligeable). La solution est incolore. Déposer quelques gouttes à plusieurs endroits directement sur le support, si la solution se colore, le support est humide. Plus la solution vire rapidement au violet, plus cela signifie que le support est humide.

 

5.4 – Précautions à prendre avant mise en œuvre

Il est bon de rappeler ici un certain nombre de précautions qui peuvent paraître élémentaires, mais qui, malheureusement sont souvent oubliées.

Hygrométrie de l'air ambiant Humidité d'équilibre du bois
50% 9%
55% 10%
60% 11%
65% 12%
70% 13/14%
75% 15%

 

Afin de réduire les mouvements du parquet après pose pour s'adapter à l'ambiance de la pièce, il convient préalablement d'équilibrer température et hygrométrie du local et du parquet, de telle sorte qu'elles soient le plus proche possible des conditions d'utilisation.

Le tableau ci-dessus indique l'humidité d'équilibre du bois en fonction de l'hygrométrie de l'air ambiant.

Le taux d'humidité du bois est le rapport de la masse d'eau qu'il contient, à la masse de bois totalement sec (Anhydre).

Ainsi, une solive en pin de 4000 x 200 x 63 mm pesant 28 Kg et présentant 18% de taux d'humidité mesuré au testeur, est composée de 28 / 1.18 = 23,7 kg de bois sec et 4,3 kg d'eau.

- Vérifier avec un testeur à pointes, le taux d'humidité du parquet. Au-dessus de 12 %, il convient mieux le laisser sécher encore quelques semaines.

- Stocker le parquet bien à plat et sans le déballer de son emballage d'origine, dans la pièce où il doit être posé le temps nécessaire pour que son humidité d'équilibre corresponde à l'hygrométrie de la pièce.

- Maintenir la température entre 15 et 20 degrés et l'hygrométrie entre 55 et 65 % dans un local correctement ventilé, pour amener le bois à s'équilibrer autour de 11%.

- Eteindre le chauffage 48 heures avant de débuter la pose.

- Ne déballer le parquet qu'au fur et à mesure de sa mise en œuvre.

 

5.5 – Précautions à prendre après la pose

Bravo, la réussite est totale, mais attention il subsiste des pièges qui peuvent encore tout gâcher.

- Les conditions d'utilisation du milieu sec doivent être réunies.

- Attendre au moins trois jours (sans dépasser une semaine) avant de remettre le chauffage en montant la température lentement par petits paliers de 5 degrés.

- S'il reste quelques menus travaux à exécuter et qu'il soit nécessaire de protéger le beau parquet, étendre au sol une toile, mais surtout pas une bâche étanche en polyéthylène qui pourrait entraîner de graves désordres et en particulier le gonflement du parquet.

- Il convient de laisser le plancher se stabiliser plusieurs semaines avant d'entreprendre les travaux de finition.

Il ne faut pas être pressé de vernir le plancher dès sa pose achevée.

Son équilibre hydrique ne pourrait se faire que par sa face inférieure, ce qui pourrait occasionner des déformations.

De plus le pouvoir "collant" des vernis et vitrificateurs peut solidariser plusieurs lames entre elles, cumuler les retraits et entraîner l'apparition de joints irréguliers et disgracieux.

 

 

6 – Les modes de pose

Le mode de pose est fonction du type de parquet à mettre en œuvre et le type de parquet est souvent déterminé en fonction du type de sol sur lequel il sera posé

 

Le tableau ci-dessous présente les différentes combinaisons.

 

Type de parquet

Type de support

Pose clouée

Pose collée

Pose flottante

Lames en bois contrecollé

Mo

OUI ép.8 à 15 mm sur sous-couche

moquette rase ou aiguilleté

 

NON

NON

OUI ép.8 à 15 mm

--

Moquette épaisse

Aucune possibilité

Aucune possibilité

Aucune possibilité

Lames en bois contrecollé

Revêtement de sol PVC ou similaire

NON

NON

OUI ép.8 à 15 mm sur sous-couche

Lames en bois massif ou contrecollé Dalles mosaïque

Carrelage, marbre, tomette, pierre etc.

NON

OUI Lames et dalles en bois massif ou contrecollé ép.8 à 15 mm après abrasion du support

OUI lames ép.8 à 15 mm en bois contrecollé sur sous-couche

Lames en bois massif ou contrecollé

Panneaux dérivés du bois classe de service 1 milieu sec

OUI Lames en bois massif ép.16 à 23mm

NON

OUI lames ép.8 à 15 mm en bois contrecollé sur sous-couche

Lames en bois massif ou contrecollé Dalles mosaïque

Panneaux dérivés du bois classe de service 2 milieu humide

OUI Lames en bois massif ép.16 à 23mm

OUI Lames et dalles en bois massif ou contrecollé ép.8 à 15 mm

OUI lames ép.8 à 15 mm en bois contrecollé sur sous-couche

Lames en bois massif ou contrecollé

Parquet

OUI Lames en bois massif ép.16 à 23mm

NON

OUI lames ép.8 à 15 mm en bois contrecollé sur sous-couche

Lames en bois massif ou contrecollé Dalles mosaïque

Chape béton

NON

OUI Lames et dalles en bois massif ou contrecollé ép.8 à 15 mm

OUI lames ép.8 à 15 mm en bois contrecollé sur sous-couche

Lames en bois massif ép.16 à 23mm

Lambourdes, Solives

OUI

NON

NON

 

Trois modes de pose : clouée, collée et flottante

Chacun de ses modes comporte des variantes en fonction de la qualité et du format du parquet et qu'il s'agit de travaux neufs ou de rénovation. 





Partager cet article

Repost 0
Published by Boisphile - dans Le Parquet
commenter cet article

commentaires

Joelle 01/07/2016 17:48

Article vraiment très complet et très utile, merci beaucoup ! Je suis fan de ce revêtement de sol que je trouve aussi solide et surtout avec un charme fou. Il est parfait dans ma déco dans un esprit un peu "rustique chic". J'ai choisi ces lames en bois massif (c'est du chêne) http://goo.gl/rUhlhR et mes amis et ma famille ne tarissent pas de compliments sur ma rénovation. merci encore pour ce très bon billet et à très bientôt !

Chris 26/06/2014 17:42


Bonjour Boisphile,


Je m'apprête à poser du parquet sur lambourde, et j'hésites quant à la pose de ces dernières. Précision : le chantier est en Guadeloupe, donc avec des taux d'humidité important,
et un risque termite non moins important. Le plancher (classe 4) est posé sur une dalle béton en rez de chaussée.


 Je dispose de lambourde en pin Classe 3 de section 45/75. Je voulais initialement poser le lambourdage flottant : barrière d'étanchéité + sous-couche
acoustique + cale classe 4 22mm + lambourde  (hauteur 45mm/ largeur 75mm) vissés sur cale (pour une hauteur totale +/- 70mm).


Néanmoins, je redoute que ces lambourdes travaillent trop dans le temps, avec même un risque de vrille, ce qui déstabiliserait le parquet. Bien que garantie livrés aux bon taux
de séchage, le bois vendu ici travaille souvent beaucoup. J'envisage donc de fixer les lambourdes à la dalle : film étanchéité (pare-pluie) + lambourdes (hauteur
75mm / largeur 45mm) + chevilles à frapper.


Qu'en pensez-vous ?


En vous remerciant d'avance


Chris

Parquet massif pas cher 19/01/2014 20:00


Excellent article! Merci pour toutes ces informations et pour ces détails! 

renovation lyon 06/03/2013 14:54


article très intéressant!

Pierre - Parquet stratifié 28/10/2012 00:37


Merci beaucoup pour ce guide sur le parquet. J'hésite encore pour du parquet dans ma cuisine.


Pierre