Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n'ai jamais rencontré d'homme si ignorant qu'il n'eut quelque chose à m'apprendre (Galilée)

 

Ce blog, simple et sans prétention, a été créé par un ami du bois pour les amis du bois.

 

Il est destiné à un large public : particuliers, bricoleurs ou professionnels.

 

Bien que largement inspiré des normes, DTU et autres règles professionnelles, les documents présentés ici n'ont pas un caractère prescriptif, ni normatif. Ils constituent simplement, pour ceux qui l'utiliseront, un recueil d'informations et de conseils, permettant de contribuer à la bonne réalisation des ouvrages. 

 

Je vous souhaite une bonne visite et vous remercie de participer à la vie de ce blog par vos commentaires.

 

Pour toute question complémentaire, vous pouvez me contacter sur ma BAL : bois.sansmoderation@wanadoo.fr

 

Recherche

30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 12:59

La Maison à Ossature Bois (MOB)

Partie III : Cas de la toiture plate et intégration des menuiseries dans les parois de mur

 

 

Dans les articles précédents,

- nous avons évoqué les arguments en faveur de la construction bois, expliqué la technologie et le contreventement, le montage et la composition des parois ;

- une fois les murs érigés, et afin que l'ensemble se transforme en construction stable, il a fallu assembler les parois de mur entre elles et les ancrer au sol. Il était alors nécessaire de détailler les liaisons entre les parois verticales et les autres éléments de la construction, les planchers bas, les planchers intermédiaires et enfin la toiture.


Pour être complet, il nous reste à détailler dans ce troisième volet

- d’une part le cas particulier de la toiture plate non accessible ;

- d’autre part l'intégration des menuiseries, autre point essentiel de la MOB.

 

 

Cas particulier de la liaison entre paroi ossature bois et toiture plate

Dans certains cas, comme pour une extension par exemple, on peut être amené à construire une ossature bois dotée d'une toiture plate, avec une étanchéité multicouches. Ce type de construction est réservé aux toitures dites « inaccessibles » (on ne peut y accéder que pour les travaux d'entretien).


Trois types de toitures peuvent alors être proposés :

- la toiture froide ventilée (isolée ou non), qui se caractérise par le fait que la sous-face de l'élément porteur comporte une lame d'air qui communique avec l'extérieur ;

- la toiture chaude non isolée, pour laquelle le revêtement d'étanchéité est placé directement sur l'élément porteur, sans isolation ;

- la toiture chaude isolée, pour laquelle l'élément porteur reçoit un film pare-vapeur sur lequel est posé l'isolant lui-même porteur du revêtement d'étanchéité.

 

Dans le cas d'une habitation, les deux premières solutions ne sont pas faciles à mettre en œuvre. C’est pourquoi nous abordons ici le cas le plus fréquent d'une toiture chaude isolée.

- Le calcul de l'épaisseur de l'isolant tient compte d’une part du rapport entre les températures extérieure et intérieure et d’autre part des résistances thermiques de l'isolant et de son support.

- On admet que les bâtiments d'habitation sont des locaux à hygrométrie moyenne.

- Les toitures terrasses plates bénéficient en réalité d'une pente comprise entre 1 et 5%. Afin d'éviter les retenues d'eau, et compte tenu des déformations dues aux charges de service, la pente mesurée en tout point de la couverture ne doit pas être inférieure à 1%, ce qui conduit, dans les cas les plus courants, à prévoir une pente de 3 à 5%.

- Il convient d'être prudent concernant les surcharges climatiques et en particulier les surcharges de neige. L'acrotère peut en effet occasionner les accumulations. Par ailleurs, si la construction est adossée à un autre bâtiment plus haut, le vent peut provoquer une surcharge importante localisée. Il est donc prudent d'en tenir compte dans les calculs, en majorant les surcharges de base. Dans certaines régions où la neige peut être présente plusieurs mois de suite, il est bon d'incorporer une partie de ces charges comme étant permanente.

- L'acrotère, composé ici comme une paroi d'ossature mais avec un panneau dérivé du bois de chaque côté, peut être remplacé par une costière en LVL ou en LSL, fixée par des équerres métalliques sur les extrémités de solives, à travers les dalles support d'étanchéité.

- Aux poutres en bois massif on peut associer toutes les autres sortes de poutres, en "I", lamellé-collé, PSL, LVL ou LSL.

toiture-plate-sur-paroi-ob.jpg

Point singulier : un soin tout particulier doit être apporté à l'étanchéité et à la ventilation

- le pare-pluie vient recouvrir la lisse haute d'acrotère et fait le lien avec l'étanchéité ;

- on remarque la liaison des pares-vapeur vertical de la paroi et horizontal du plafond et sa continuité en passant sur la lisse de chaînage, devant la panne d'about, sous la lisse basse d'acrotère et se termine par un relevé sur l'épaisseur de l'isolant support d'étanchéité ;

- l'acrotère est recouvert par un couronnement métallique en zinc, cuivre ou inox. Il est maintenu en place par des agrafes du même métal, qui se clipsent dans les pinces latérales ;

- la pièce de couronnement d'acrotère est fixée de telle manière qu'elle assure la ventilation de la contre-face du bardage.



Intégration d'une porte-fenêtre dans une paroi ossature bois sur plancher avec solivage poutre en "I" et sur vide sanitaire


e2r-cuiller.jpg- la porte-fenêtre est ici posée sur un plancher constitué de poutres en "I" sur vide sanitaire. De la même manière, on peut associer toutes les autres sortes de poutres, qu'elles soient en bois massif, lamellé-collé, PSL, LVL, LSL, et ce quelle que soit la technique : plots bétons, vide sanitaire ou sous-sol. Elle peut être également posée sur dalle béton, sur plancher à entrevous et que ce soit sur terre-plein, sur vide sanitaire ou sur sous-sol ;

- On remarque le soin particulier apporté aux étanchéités, effectué par des joints préformés et complétés par un joint souple à la pompe. De même, le pare-pluie est posé en continuité et fait le lien avec le pare-vapeur intérieur.

Il faut également noter la ventilation des différents éléments. Celle de la pièce d'appui est réalisée grâce à des bandes de joint préformé.

Au-dessus de l'ouvrant, et fonction de sa largeur, le linteau peut être renforcé par une traverse en bois composite, L/C, PSL, LVL ou LSL.


angle-fenetre-merlot.jpgLa photo ci-contre présente une fenêtre en cours de finition de pose. Les pièces d'encadrement ne sont pas encore posées et on peut remarquer le soin apporté à la pose du pare-pluie, afin qu'il assure une bonne continuité et une parfaite liaison avec le bâti.

 

L'espace de ventilation derrière le bardage, posé sur contrelattes, est bien visible.

 












pf-dans-ob-sur-plancher-bois.jpg
Point singulier : un soin tout particulier doit être apporté à l'étanchéité et à la ventilation

- la semelle d'assise est posée sur une barrière de capillarité. Si les irrégularités de surface du muret de soubassement le nécessitent, il peut être nécessaire de compléter l'étanchéité par joints préformés ;

- on remarque la continuité entre la barrière de capillarité et le pare-pluie qui vient le recouvrir ;


- le pare-pluie qui recouvre la solive d'about est rabattu sur la dalle de plancher, sur une largeur suffisante pour permettre de faire reposer le calage de la pièce d'appui et les joints d'étanchéité, remonter sur la pièce d'appui et la recouvrir pour recevoir la traverse basse du bâti ;


- sur plots béton ou sur vide sanitaire, la hauteur de réservation sous les éléments en bois ou dérivés du bois ne doit pas être inférieure à 300 mm. Il convient de préciser que c'est un minimum et que 500 à 600 mm sont conseillés ;


- les vides sanitaires doivent être correctement ventilés par des grilles disposées judicieusement sur le pourtour de la construction. La surface de ces ouvertures doit être au moins égale à 1/150ème de la surface totale à ventiler ;


- la pièce d'appui bois est recouverte par un habillage métallique. La ventilation entre le bois et métal est assurée par la disposition de bandes de joint préformé, dont l'épaisseur permet de créer un passage d'air ;


- un film pare-vapeur est disposé sur les solives, avant la pose des dalles de plancher ;


- dans le cas où la pose de carrelage sur panneaux dérivés du bois est prévue, il convient de prendre les dispositions nécessaires pour assurer une meilleure rigidité du plancher, en particulier en calculant la section des solives avec une flèche inférieure au 1/400ème habituel pour ce type d'ouvrage, mais se rapprochant de 1/600ème. L'entraxe de pose des solives devra être resserré pour que la flexion du panneau soit elle aussi proche de 1/600ème. Les dalles utilisées doivent être obligatoirement de classe de service 2, milieu humide, assemblages collés. Le carrelage doit être posé sur un dispositif (disposant d'un AT valide ou d'un ATE) de désolidarisation du support ;


- l'isolation du plancher est posée sur un panneau, (CTBX ou OSB4) fixé sur la membrure inférieure des poutres en "I" ou sur des tasseaux cloués sur les flancs des solives ;


- en partie haute, le pare-pluie passe sous les traverses de linteau, côté intérieur où il est recouvert par le pare-vapeur, côté extérieur il remonte sur le contreventement ;


- la partie saillante de la traverse haute de l'encadrement est recouverte d'un larmier en profil métallique, fixé sur le contreventement. Le pare-pluie le recouvre pour permettre un bon écoulement des éventuelles eaux de ruissellement ;


- le larmier est fixé de telle sorte qu'il assure à la fois la ventilation de la pièce de bois et de l'espace entre bardage et pare-pluie ;


- latéralement, les lames de bardages viennent s'accoter aux montants de l'encadrement.

 

Intégration d'une fenêtre dans une paroi ossature bois sur dalle béton, liaison avec un plancher intermédiaire et changement de vêture extérieure entre niveaux


cenomane-angle-fenetre.jpgLa fenêtre, ici avec volets battants bois, est intégrée dans une paroi ossature bois, montée sur dalle béton. De la même manière, on peut associer les planchers à entrevous, que ce soit sur terre-plein, sur vide sanitaire ou sur sous-sol. Elle peut être également posée sur toutes sortes de poutres, qu'elles soient en bois massif, lamellé-collé, PSL, LVL, LSL ou poutres en "I", et ce quelle que soit la technique : plots bétons, vide sanitaire ou sous-sol.

On remarque le soin particulier apporté aux étanchéités, effectué par des joints préformés et complétés par un joint souple à la pompe.

- Les pièces de calage garantissent un espacement régulier et évitent l'écrasement des joints et mastics.

- Le pare-pluie est posé en continuité et fait le lien avec le pare-vapeur intérieur.

- Le bardage bois de l'étage est ventilé grâce à la pose sur contrelattes.

- La ventilation de la pièce d'appui est assurée grâce à des bandes de joint préformé posé entre le bois et son habillage métallique.

- Au-dessus de l'ouvrant, le linteau est renforcé par une traverse en bois composite, L/C, PSS, LVL ou LSL pour permettre l'appui des solives du plancher supérieur, sans risque de déformation ultérieure.

- Le bâti de l'ouvrant est fixé sur les bois d'ossature par des équerres métalliques.

- Les gonds de volets sont fixés sur les montants verticaux de l'encadrement.

- Des renforts en profil alu sont posés en parties haute et basse de l'isolant extérieur, support du RPE (Revêtement Plastique Epais) Au-dessus de la traverse haute d'encadrement, ce profil forme larmier.

- De même, un profil larmier est placé en partie basse du bardage bois, venant couvrir le RPE et son support.




f-ds-ob-s-d-beton-lien-pl-inter.jpg

Point singulier : un soin tout particulier doit être apporté à l'étanchéité

Du bas, vers le haut :


- la semelle d'assise est posée sur une barrière de capillarité. Si les irrégularités de surface de la dalle béton le nécessitent, il peut être nécessaire de compléter l'étanchéité par joints préformés ;


- on remarque la continuité entre la barrière de capillarité qui passe sous la dalle béton, remonte derrière la planelle, passe sous la semelle d'assise et remonte côté intérieur pour faire la jonction avec le pare-vapeur ;


- la pièce d'appui de la fenêtre est posée sur les traverses d'allège par l'intermédiaire d'un calage qui assure un espace régulier et évite l'écrasement des joints.


cenomane-angle.jpg

- la pièce d'appui bois est recouverte par un habillage métallique. La ventilation entre le bois et métal est assurée par la disposition de bandes de joint préformé, dont l'épaisseur permet de créer un passage d'air ;


- le pare-vapeur est rabattu sur les traverses d'allège (sous le calage)


- la traverse basse du bâti est posée sur la pièce d'appui, une bande de joint préformée assure l'étanchéité entre ces deux pièces. Une bande de film pare-vapeur est posée sur la pièce d'appui et sous le joint, est rabattue pour faire la jonction avec le pare-vapeur intérieur ;


- de la même manière, une bande de film pare-pluie est placée entre le calage de la traverse haute de l'encadrement et les traverses de linteau et remonte côté extérieur, sur le contreventement et côté intérieur et fait la jonction avec le pare-vapeur ;


- les pièces d'encadrement sont usinées en chanfrein pour recevoir un joint souple à la pompe entre elles et le bâti ;


- on remarque la liaison des films pare-vapeur de mur et plafond et la continuité sur la lisse de chaînage, devant la solive d'about, entre le panneau de plancher et la lisse basse d'étage, pour remonter côté intérieur derrière la plaque de plâtre ;


- la partie saillante de la traverse haute de l'encadrement est recouverte d'un larmier en profil métallique, fixé sur le contreventement. Il sert également de renfort bas du revêtement extérieur ;


- en parte haute, au niveau du changement de vêture, le larmier est fixé de telle sorte qu'il assure la ventilation de l'espace entre bardage et pare-pluie, il recouvre le revêtement extérieur qui est renforcé par un profil alu.



 

A l'issue de ce troisième volet sur la construction à ossature bois, l'ouvrage est presque achevé. Les murs ont été assemblés, érigés et solidement ancrés au sol. Les planchers sont posés ainsi que la toiture. Nous avons détaillé avec le plus de précisions possibles les points importants et singuliers. Les menuiseries, portes fenêtres et fenêtres sont intégrées dans les parois verticales.

Un soin particulier a été donné pour parfaire l'étanchéité à l'air et à l'eau. Des barrières de capillarités, joints préformés et joints souples ont été posés chaque fois que nécessaire, afin d'éviter les remontées d'humidité ou les passages d'air.

Le rôle essentiel des films pare-pluie et pare-vapeur, a été mis en évidence.

Tous les ingrédients d'une maison saine, dans laquelle il fait bon vivre, solide, durable et économe en énergie sont réunis. L'architecture a été choisie avec soin, afin que cette construction s'intègre parfaitement dans le paysage.


alaska-45.jpg

Pourtant, au-delà sa géométrie et de sa conception générale, c'est sa "peau" extérieure qui lui donnera tout son caractère, son image. Un grand choix de matériaux permet de jouer avec les couleurs, les formes, la brillance, faisant varier l'aspect visuel au gré des changements de lumière. Les revêtements extérieurs seront l'objet d'un prochain dossier, avec – évidemment - une large part consacrée au bois.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

DLM Habitat 06/12/2016 08:43

Bonjour,
C'est intéressant votre article, mais je n'ai pas encore lu la première et la deuxième partie. Je vais le faire alors. Merci.

denis 02/06/2016 19:59

Bonjour,
Bravo pour ce blog qui synthétise utilement bcp d'info. Est-possible d'avoir un lien vers les schemas en définition correct?

Le Compagnon du Toit 07/12/2015 15:52

Merci pour ces infos utiles !

Rousseau 05/09/2013 17:57


Bonjour,


Est-il possible de se procurer les graphiques à une autre adresse, ou sur un autre site car ils sont tronqués et difficilement lisibles ? Et c'est bien dommage car l'article est de qualité.

apprentiecharpente.unblog.fr 25/04/2013 20:43


très bon blog sur la construction bois...